Samedi, 17 février

CLOS DE L’ABBÉ DUBOIS – CUVÉE SIMONE 2015 (AOC CÔTES-DU-VIVARAIS)

A la limite nord-ouest des Côtes-du-Rhône méridionales, les Côtes-du-Vivarais chevauchent les départements de l’Ardèche et du Gard. Des traces de culture de la vigne par la tribu gauloise des Helviens, datant de plus de 2000 ans, ont été retrouvées entre le Rhône et Cévennes. Néanmoins, son implantation s’est réellement développée au Moyen âge.

A la fin du XVIe siècle, Olivier de Serres, le père de l’agronomie moderne, vante les vins du Vivarais « tant précieux et délicats qu’il n’est pas besoin d’en chercher ailleurs ».Les cépages nombreux et rustiques de ce vignoble, résistant bien aux maladies et au gel, permettaient alors une production abondante et économique. Au début du XXe siècle les viticulteurs se sont regroupés en fondant des caves coopératives qui vinifient aujourd’hui encore la majorité de la récolte. A la fin des années 1950, une poignée de vignerons lance le pari de la qualité. Les vignes sont replantées de cépages nobles, en recherchant l’adéquation aux sols : en rouge et rosé le grenache noir et la syrah, et en blanc, le grenache blanc et la marsanne.

Ce travail de rénovation du vignoble a permis aux vignerons ardéchois d’obtenir dès 1962 l’appellation de Vin Délimité de Qualité Supérieure (VDQS). Leur talent et leurs efforts de longue haleine ont été récompensés en 1999 par le classement des vins des Côtes du Vivarais en Appellation d’Origine Contrôlée (AOC)

L’Abbé Dubois fut missionnaire en Inde au XVIIIème siècle avant de revenir dans son village natal de Saint Remèze. Il y fit construire une maison provençale qui commande aujourd’hui un domaine de 27 hectares, propriété de Claude Dumarcher depuis 1986. Le domaine est certifié Haute Valeur Environnementale niveau 3.

Cette cuvée Simone est dédié à l’artiste créateur des étiquettes du domaine. L’inspiration fut puissante à en juger la qualité exceptionnelle de ce vin. Le nez, intense et complexe, mêle les épices, les fruits rouges composés, le pruneau cuit et des notes fraiches de cassis et de mûre. Adossée à des tanins ronds et délicats, la bouche apparait fine, déliée, tout en affichant beaucoup de volume et de concentration. Un rouge structuré pour accompagner un gigot d’agneau.

Samedi, 3 mars

DOMAINE JOSEPH SCHARSCH – WOLXHEIM 2015 (AOC RIESLING)

Le riesling est le cépage Rhénan par excellence, et la vallée du Rhin, son berceau. Il s’agit d’une variété tardive pour la région, dont la production est régulière et bonne. Le riesling alsacien est souvent sec, ce qui le différencie d’une façon générale de son homologue allemand. Ses atouts résident dans l’harmonie entre son bouquet délicat, son corps et son acidité assez prononcée mais extrêmement fine. Or, pour atteindre cette qualité, il doit parvenir d’une bonne situation. Le riesling a essaimé dans de nombreux autres pays viticoles, où la dénomination riesling, sauf s’il est précisé « riesling rhénan », n’est pas totalement fiable : une dizaine d’autres cépages ont été ainsi baptisés dans le monde.

Enracinée depuis 1755 à Wolxheim, non loin de Strasbourg, la famille Scharsch a relancé le vignoble et repris la mise en bouteilles en 1976. Installé à sa tête depuis 2011, Nicolas Scharsch exploite en bio certifié 12 hectares.

Les terroirs de Wolxheim sont propices au riesling qui lui ont valu une dénomination communale pour ce cépage. Marqué par son terroir marno-calcaire, celui ci se révèle à travers cette cuvée, intense et bien typé au nez, fruité et citronné. Assez vif en attaque, il séduit pour son ampleur conjuguée à des arômes toniques d’agrumes et d’ananas. Un vin blanc idéal sur une cassolette de langoustines pour changer de la traditionnelle choucroute.